« Pour être un bon peintre, quatre choses sont nécessaires : Un cœur doux, un regard précis, une main légère et des pinceaux toujours bien lavés »

Anselm Feuerbach (1829 - 1880)

Au sommaire / Arrière-plan /

Artiste : définition sociale ou anthropologique ?

Écrit le mardi 17 mai 2016 et mis à jour le dimanche 31 juillet 2016 par Jean-Christophe Sekinger

Lorsque quelqu’un vous demande ce que vous faites dans la vie, il ne veut généralement rien savoir de votre enracinement singulier, de votre mystérieuse feuillaison ni de votre floraison/oraison stellaire, de la tension tragique de votre existence entre un sombre nadir emmêlé et une lumière totale et... non, il veut juste savoir ce que vous faites — dans la société. Cette vie, pour nombre de nos concitoyens qui l’ont oublié, n’est pas ce qui s’assemble dans la nuit des corps et surgit à notre naissance mais la période laborieuse entre majorité légale et retraite  : « la vie active ».

Bon, si à la question « que faites-vous dans la vie ? » vous avez répondu « artiste », la deuxième ou troisième question (pour ceux qui auraient voulu aussi savoir ce que vous faites « en tant qu’artiste ») sera inévitablement « est-ce que vous en vivez ? » Ce qui ne veut pas dire non plus « est-ce que ça a du sens pour vous ? » ou « est-ce que vous trouvez un chemin entre liberté et oppression socio-culturelle ? » Mais non  ! Ça veut seulement dire  : « est-ce que vous gagnez de l’argent avec votre art ? »

Marcel Duchamp a dit ou écrit qu’un artiste « sur une île déserte » n’était pas un artiste — mais c’est incomplet  : il aurait fallu dire « [...] n’est pas un artiste au sens socioculturel »

Car il y a une autre définition, fondamentale et vous y répondez probablement tous — et même si vous l’ignorez ! —, sitôt que vous mettez des fleurs dans un vase ou que vous choisissez la couleur de vos vêtements — dès que vous organisez «  votre vie  » selon des critères seulement esthétiques, sensibles, inexplicables ou incompréhensibles, quand c’est la liberté qui guide vos mains, c’est-à-dire l’obéissance à votre nature profonde : C’est une définition anthropologique du mot « artiste »